Recherche

Colloque "La crise du capitalisme financiarisé"


le 25 octobre 2012
8h45 - 19h

en l'honneur de François Morin

LEREPS.gif

LEREPS.gif











PRESENTATION

Depuis 2007, le capitalisme est entré dans une crise dont on ne connaît pas encore l’issue. Si cette crise, dont les origines se situent dans les années 1970, s’est déclenchée d’abord sur le marché du crédit immobilier américain, elle s’est rapidement diffusée à l’ensemble de la planète. D’abord bancaire, elle est devenue financière puis a affecté l'économie "réelle" d'où elle est partie. Plusieurs facteurs s’articulent pour expliquer l’instabilité financière dans laquelle évoluent les sociétés contemporaines et aujourd’hui les difficultés de l’euro et du policy mix européen : déréglementation, libéralisation des taux de change, des taux d’intérêt, libre circulation des capitaux, multiplication et sophistication des innovations financières.

La complexité des réseaux de contrôle de la propriété et sa concentration entre les mains d’un nombre limité d’acteurs dont les ¾ seraient des institutions financières (Vitali, Glattfelder and Battiston, 2011) ont masqué les frontières de la concurrence sur un marché mondialisé. Cette toile de liaisons financières a permis à quelques acteurs d’occuper de larges espaces dans la gouvernance d’une économie globalisée, affectant par là-même la stabilité financière.

La financiarisation de l’économie a accéléré le processus de propagation de la crise. Les firmes sont devenues des organisations à finalité financière, leur management est orienté essentiellement vers la maximisation de la valeur actionnariale. Durant cette période, la dette publique des Etats s’est considérablement accrue dans les pays où les finances publiques ont massivement contribué au sauvetage des banques mais aussi dans ceux où furent adoptés des plans de soutien à l’économie réelle (Kotz, Vaysset, Introduction, Revue d’Economie Financière, vol.100, 2010). On a là, pour la première fois, une sanction par les marchés des Etats excessivement endettés, alors même que les remèdes de long terme ne sont toujours pas trouvés.

Après 24 sommets européens depuis le début de la crise financière (août 2007), 6 réunions du G20 consécutives et des milliers d’articles sur le sujet, il semble bien que le couple diagnostic / réponse à la crise n’ait pas encore trouvé sa juste résolution. Il manque une vision partagée des mesures nécessaires pour sortir de la crise. La concertation internationale en faveur des solutions n’est pas acquise du fait des intérêts divergents des acteurs en présence. En révélant les limites des théories économiques, la crise invite les économistes à proposer « un renouvellement radical des approches et des concepts» (Orléan, L’empire de la Valeur, 2011) en ouvrant une réflexion globale sur le système capitaliste et ses déséquilibres.

C’est la raison pour laquelle, le débat reste ouvert sur la nature de cette crise et la façon d’y remédier.

Le colloque du 25 octobre 2012, en l’honneur de François Morin, peut être une contribution à ce débat. L’objectif de cette Journée est d’analyser les dynamiques qui ont conduit à cette crise aggravée par la crise des dettes souveraines, et les formes de régulation possibles. François Morin a consacré une large part de sa carrière à ces problématiques. En sollicitant des personnalités dont les travaux récents marquent une avancée réelle dans la façon de comprendre les crises, nous souhaitons que cette journée soit l’occasion de débats pluralistes, voire vigoureux, qui permettront d’explorer la crédibilité de scénarios auxquels on peut désormais s’attendre. Se trouvera nécessairement posée la question de la place de l’économie dans les sociétés humaines.


 
PROGRAMME

8h45 Accueil des participants

9h00 Ouverture de la journée par Messieurs Bruno SIRE, Président de l'Université Toulouse 1 Capitole, Martin MALVY, Président de la Région Midi-Pyrénées, Pierre COHEN, Maire de Toulouse, Bernard KELLER, Vice-Président du Grand Toulouse et Charilaos KEPHALIACOS, Directeur du LEREPS.

9h15 Introduction de la journée par Malika Hattab-Christmann et Anne Isla

9h30 Architecture du capitalisme : les liaisons dangereuses. Table ronde présidée par Anne Isla et animée par Martine Orange (Médiapart)

Stefano Battisto - DebtRank: Too Central to Fail? Financial Networks, the FED and Systemic Risk
Olivier Brossard et Stéphanie Lavigne - L'influence des structures actionnariales sur la R&D en Europe
Tristan Auvray et Olivier Brossard - French connections: interlocking directorates and the
ownership-control nexus in main French corporations
Brigitte Gay - Analysis of the networking dynamics in the venture capital industry for investment in biotech companies: critical links strapped in financial bubbles and busts
Bernard Paulré - Le capitalisme tel que nous l'avons connu. De l'instabilité causée par la finance aux espoirs fondés sur une nouvelle alliance

12h45 Pause déjeuner

13h45 Crises : de la crise des subprimes à la crise des dettes souveraines, Table ronde présidée par Jean-Pierre Gilly et animée par Erik Izraelewicz (Le Monde)

François Morin - Produits dérivés et dérivés des dettes souveraines
Eric Pineault - Fétichisme de la liquidité financière: structure et dynamique de la tritisation des créances et de ses dérivés
Alexandre Minda - Le rôle des agences de notation financière dans la crise des subprimes et de l’endettement souverain européen
Jacques Généreux - A quoi servent les crises ? L'absurdité économique au service d'un projet politique

16h15 Scénarii de sorties de crise : quelles priorités? Table ronde présidée par Med Kechidi et animée par Jean-Marc Vittori (Les Echos)

André Gauron - Enjeux européens d'une sortie de crise
André Orléan - Définanciariser le capitalisme
Gabriel Colletis - Remettre en cause le différentiel de mobilité des facteurs
Dominique Plihon - Transformer les modes de production et de consommation pour sortir de la crise
Hans-Helmut Kotz - nc

18h30 Synthèse et conclusion


INTERVENANTS

Tristan Auvray - Université Paris XIII, CEPN
Stefano Battiston - ETH Zurich, Chair of Systems Design
Olivier Brossard - Institut d’Etudes Politiques de Toulouse, LEREPS
Gabriel Colletis - Université Toulouse 1 Capitole, LEREPS
André Gauron - Magistrat Honoraire à la Cour des Comptes
Brigitte Gay - ESC Toulouse, LEREPS
Jacques Généreux - Institut d’Etudes Politiques de Paris
Hans Helmut Kotz - Goethe University, Center For Financial Studies
Stéphanie Lavigne - ESC Toulouse, LEREPS
Alexandre Minda - Institut d’Etudes Politiques de Toulouse, LEREPS
François Morin - LEREPS
André Orléan - Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
Bernard Paulré - Université Paris I, MATISSE
Eric Pineault - Université du Québec à Montréal
Dominique Plihon - Université Paris XIII, CEPN, Pôle Finance

Lieu(x) :
Manufacture des Tabacs - Amphi Colloque Isaac

Rédigé par VERONIQUE LEROUX-GENTE

Mise à jour le 21 janvier 2015


 

Sciences Po Toulouse
2 Ter Rue des Puits Creuses
CS 88 526 - 31685 Toulouse CEDEX 6

Tél. : +33 (0)5 61 11 02 60
Fax : +33 (0)5 61 22 94 80


Contactez nous par mail

Plan des locaux

© 2016 - Sciences Po Toulouse


Webmestre | Mentions légales | DocuRepro