Formations

Développement et solidarité internationale



Nature :
Formation diplômante
Année de sortie :
Bac + 5

Accessible en :

Formation initiale

Ce parcours combine des enseignements appliqués avec des cours fondamentaux théoriques. Les enseignements théoriques (socio-économie du développement, développement durable et écologie politique, financement du développement, anthropologie du développement, gouvernance de la coopération internationale) sont assurés par des enseignant·e·s chercheur·e·s. Il s’agit d’un parcours pluridisciplinaire (économie, aménagement urbain, sociologie, anthropologie, science politique).

(jusqu'en 2021 pacours intitulé : Développement économique et coopération internationale)

Spécificités

Connaissances académiques sur les problématiques de développement et de solidarité internationale, avec une démarche critique afin de « déconstruire » les représentations sur le développement. Connaissance des principaux enjeux du développement. Contextualisation et compréhension de ces enjeux, en fonction des contextes. Maîtrise d’outils d’analyses interdisciplinaires (techniques d’enquêtes, suivi-évaluation).

Objectifs

Le parcours a pour vocation de former des professionnel·le·s du développement et de la solidarité internationale en vue de la conception, du pilotage et du suivi-évaluation de projets de coopération et de solidarité internationale. Il fournit des outils pour construire un discours critique sur le développement. Les étudiant·e·s ont vocation à exercer leurs activités dans diverses organisations. Le parcours permet aussi à des étudiant·e·s de s’engager dans une thèse de doctorat.

Contrôle des connaissances


Profil des enseignant·e·s extérieur·e·s

Professionnel·le·s du développement, enseignant·e·s-chercheur·e·s impliqué·e·s dans des terrains se situant dans différents pays...

Et après ?

Débouchés professionnels

Consultante conduite du changement, assistante partenariats,  chargé du suivi des fondations privées abritées,  chargé de mission Outre-Mer, consultante planification et budgétisation sensible au genre.

Statistiques
Suivi des diplômé·e·s à 6 mois :

83% : Taux d’insertion professionnelle
16% : Taux de poursuite d’études
0% : Diplômé·e préparant un concours

Informations complémentaires

TÉMOIGNAGES

Ce parcours est innovant car il combine des enseignements théoriques à des enseignements pratiques permettant aux étudiant·e·s d’avoir un regard critique sur des projets de développement conçus et pilotés par des acteurs aux logiques variées (des associations de solidarité internationales, des ONG d’envergure, des bailleurs de fonds). Il met au centre des enseignements une démarche réflexive.
Les étudiant·e·s participent à divers événements liés à la solidarité internationale (en province et à Paris) ce qui permet aussi de s’insérer très en amont dans des réseaux.

Catherine Baron, responsable du parcours
J’ai été diplômé en 2015 du parcours Développement économique et coopération internationale. J’ai un profil tourné vers l’international car j’ai vécu dans plusieurs pays pendant et après Sciences Po : Espagne en échange, Papouasie-Nouvelle-Guinée en stage de fin d’études, Italie en VIE et aujourd’hui Hong Kong en Visa Vacances-Travail. Même si j’ai très vite bifurqué du parcours habituel des diplômés de mon parcours, je garde de ma formation un très bon socle de connaissances et de méthodes de travail, ainsi qu’une capacité à m’adapter facilement partout et pour tout type de missions et de postes. C’est quelque chose qui est valorisé et valorisable, surtout à l’étranger.

Valentin, diplômé 2015,
Visa Vacances-Travail Hong-Kong
Coût de la formation :
Sciences Po Toulouse a mis en place des droits d’inscription modulés en fonction des revenus des familles.

Conditions d'accès

Concours d’accès en 4e année
Vous avez un niveau bac +3 et vous souhaitez intégrer Sciences Po Toulouse ?
Le concours de 4ème année permet d’accéder au diplôme de Sciences Po Toulouse, dans l’une des spécialités de cycle master proposées par l’établissement.


Admission par mutualisation en 5e année
Le diplôme de Sciences Po Toulouse n'est pas accessible directement en 5e année.
Cependant grâce à la convention de mutualisation signée par les 9 IEP un étudiant déjà inscrit dans le Diplôme de l'IEP peut effectuer sa 5e année dans un autre IEP que le sien.

Organisation générale des études

4e année
Semestre 7
Semestre 1
TRONC COMMUN
3 cours à choisir parmi :
3 cours à choisir parmi les 6 (tronc commun + tronc commun spÉcialisÉ :
Politique économique
Contenu

Ce cours passe en revue les politiques susceptibles de rehausser durablement la croissance de l'économie fran&ccdil;aise. Quatre grands thèmes seront abordés :
- les politiques agissant sur le niveau de l'épargne et de l'investissement;
- les politiques en faveur de l'innovation et des PME;
- la question de la compétitivité;
- le chômage et le marché de l'emploi.
Le cours proposera dans un premier temps un rappel général sur la croissance économique et sur les limites d'une politique qui ne serait fondée que sur ce seul objectif. Chaque séance sera ensuite l'occasion d'analyser les politiques mises en place en France, et de faire un lien avec l'actualité. Parmi les mesures qui seront abordées : le crédit impôt recherche, les pôles de compétitivité, la fiscalité de l'assurance vie, le CICE et le pacte de responsabilité, la TVA sociale, les politiques de change, la loi El Khomri et la réforme en cours du droit du travail, les allègements de charge au voisinage du SMIC, les emplois d'avenir, la formation professionnelle, etc.. Le cours invitera les étudiants à réfléchir sur le bien fondé des politiques économiques menées au cours des dernières années, dans la mesure du possible d'une manière objective et non partisane à l'aide des méthodologies d'évaluation économique des politiques publiques.

20H - 3 ECTS
Sociologie de l'action publique
Contenu

Les politiques publiques sont omniprésentes : pas un jour sans que les acteurs politiques, privés et publics, les médias, les citoyens n'évoquent dans leurs discours le rôle, l'impact, le déficit réel ou supposé des politiques publiques. OGM, déchets nucléaires, emploi, politiques migratoires, réformes des retraites, de la Sécurité sociale ou de l'hôpital, crises sanitaires, grenelle de l'environnement, carte judiciaire, politiques pénales, "plans banlieues" sont autant de mots valises qui renvoient aux formes de plus en plus complexes de l'action publique. Aussi familier soit-il, le terme "action publique" recèle cependant une grande diversité de sens, d'approche et d'analyse.
Partant de ce constat, le cours invite à réfléchir aux conditions de possibilité d'une science sociale de l'action publique. Il poursuit ainsi deux objectifs majeurs. Il revient, d'une part, sur les principes fondamentaux et les grands enjeux de l'action publique : définition et caractérisation des politiques publiques, type de politiques publiques, transformation historique de l'action publique, mise en oeuvre et construction des problèmes publics, instrumentation de l'action publique...etc. Il entend, d'autre part, proposer aux étudiants un état des savoirs et des recherches à partir de l'analyse et de la présentation d'études de cas. Après une introduction générale sur l'historicité de l'action publique ("art de gouverner", formes de la "gouvernementalité"), le cours s'organise autour d'un plan thématique en quatre points :

  1. L'Etat et l'action publique (évolutions du rôle de l'Etat dans la définition et la conduite de l'action publique)
  2. Les acteurs de l'action publique (acteurs politiques, "non étatiques" et "intermédiaires" des politiques publiques)
  3. Les instruments de l'action publique ("dépérissement" des instruments classiques - lois, pouvoir réglementaire - au profit de nouveaux instruments issus du New Public Management - benchmarking, normes standards, indicateurs de performance, best practices - qui conduit à s'interroger sur les formes de dépolitisation de l'action publique)
  4. Les changements de l'action publique (path dependence, convergence et européanisation des politiques publiques...)
20H - 3 ECTS
Régulation juridique et légistique
Contenu

Les transformations qui affectent le droit comme mode de régulation des activités humaines sont multiples. Ce cours propose d'en rendre compte au prisme du débat contemporain sur la qualité du droit. Ce débat s'inscrit dans le contexte d'une société hyper-normée qui en même temps questionne, voire remet en cause, l'instrument juridique. La dénonciation de l'inflation normative et la dégradation de la qualité de la loi sont devenus des poncifs du discours sur le droit. La régulation juridique traverserait ainsi une crise, que des politiques publiques nationales, européennes et internationales (UE, OCDE) chercheraient à résoudre au moyen de démarches de simplification et d’amélioration de la qualité du droit. Après quelques rappels sur la spécificité du droit comme manifestation de la normativité, le cours vise à faire un état des lieux critique de cette crise et des voies de remédiation proposées. A ce titre, il propose d’initier les étudiant.e.s à une discipline dont la place dans l’enseignement supérieur français, y compris dans les facultés de droit et les IEP, est encore très confidentielle : la légistique. Cette « science appliquée » (J. Chevallier) tend aujourd’hui à normer la production des normes juridiques au travers de préconisations techniques visant à « mieux légiférer ». Elle augurerait même, ainsi que l’exprime le Conseil d’Etat, une « nouvelle culture normative » qu’il appelle d’ailleurs de ses vœux.

20H - 3 ECTS
Management des organisations
Contenu

Le cours présente le management et son histoire dans une perspective critique en montrant ses conséquences politiques et sociales. Conduire les équipes, les projets et le changement est une des compétences majeures attendue des futurs cadres supérieurs de l'état et des collectivités territoriales comme des entreprises et des ONG. Ce cours a pour objectif de transmettre les connaissances fondamentales et les compétences du management qui sont transversales aux principaux champs disciplinaires des sciences de l'organisation (gestion des ressources humaines, contrôle de gestion, systèmes d'information, finances, marketing...). Les grandes fonctions qui existent dans les organisations publiques et privées seront abordées ainsi que les théories qui éclairent les pratiques les plus récentes en matière de management.

20H - 3 ECTS
TRONC COMMUN SPÉCIALISÉ
Protection internationale et régionale des droits de l'homme
Contenu
NC
20H - 3 ECTS Sociologie des relations internationales
Contenu
NC
20H - 3 ECTS
COURS DE SPÉCIALITÉ ONG et management de projets de solidarité internationale
Contenu

NC

20H - 3 ECTS Economie et politiques du développement durable
Contenu
NC
Développement urbain au Sud
Contenu
NC
20H - 3 ECTS Gouvernance de la coopération internationale
Contenu
Au tournant du 21 siècle les systèmes de gouvernance  de la coopération internationale  au développement ont connu - ou ont prétendu opérer - un changement radical. Nous sommes passé d’un système binational vers un système de coopération  multidimensionnel par ses orientations ; objectifs, thématiques et   par la diversité de ses acteurs ; mais aussi un système globalisant par sa prétention à la coordination supranationale et à l’action unifiée de la part des pays donateurs.  Le cours analyse les efforts produits pour organiser cette « marche vers une gouvernance globalisée de la coopération en matière de développement, les principes et les valeurs qui la soutiennent ainsi que les intérêts particuliers et les rapports de force internationaux qui les contrarient. Le cours s’intéresse plus particulièrement : 1°) aux mobilisations et usages politiques du droit à travers les revendications d’un droit au développement ou d’un droit au développement durable ; 2°) les jeux des acteurs institutionnels de la coopération à toutes les échelles du politique (international, Europe, France, Local) ; 3°) aux expérimentations menées ici ou là en matière de coopération sectorielle ou régionale.
20H - 3 ECTS

ATELIER 40H - 5 ECTS Projets de développement et de solidarité internationale
Contenu
Non communiqué


conférence de méthode LVA 18H - 2 ECTS LVB 18H - 2 ECTS
Semestre 2
Semestre 8 TRONC COMMUN
Economie des transitions et des institutions
Contenu

L'institutionnalisme connaît un renouveau depuis une vingtaine d'années dans toutes les sciences sociales. Il se distingue des théories qui reposent sur l'individualisme méthodologique parce qu'il pose la nécessité de penser le rôle des médiations entre structures sociales et comportements individuels. Ces médiations sont les institutions. Le cours « théories économiques des institutions » a vocation à présenter un large panel d'approches de sciences économique qui s'intéressent au rôle des institutions dans la coordination des agents économiques et la dynamique de formation et d'évolution des institutions. En effet, de nombreuses théories ont cherché à éclairer l'origine et l'impact des institutions. « L'économie institutionnelle est une famille de théories, qui partagent la thèse que les institutions comptent dans l'étude de l'économie, voire qu'elles constituent un objet essentiel de la réflexion. Elles se distinguent des théories pour lesquelles l'économie n'a pas à prendre en compte les institutions, ces dernières relevant plutôt d'autres disciplines comme la science politique, la sociologie ou l'histoire. ».1

Une institution peut être un ensemble d'habitudes et de règles juridiques, morales ou coutumières elle permet la coordination des agents et, ou, la mise en place d'incitations pour aller vers une économie plus efficiente. Les nombreux institutionnalismes sont réunis par un scepticisme commun à l'endroit d'une conception atomistique des processus sociaux et par la conviction que les dispositifs institutionnels et les processus sociaux ont de l'importance. C'est sur la définition même des institutions que ce divisent les théories économiques des institutions : certaines insistent sur les caractéristiques microéconomiques des phénomènes institutionnels alors que d'autres insistent sur les aspects macroéconomiques, elles donnent plus ou moins de poids aux caractéristiques cognitives et normatives des institutions, aux intérêts et aux réseaux de relations dans la création et la diffusion des institutions, etc.

Les points suivants seront abordés (plan indicatif susceptible d'être modifié) :

1. Introduction.
Institution, organisation et rationalité. Coordination, confiance et pouvoir. Unité et diversité des institutionnalismes
2. L'institutionnalisme originaire
L'école historique allemande, l'institutionnalisme de Veblen et de Commons
3. Le néo-institutionnalisme
Les coûts de transaction (Coase, Williamson). Institutions formelles et informelles (North). Théorie des jeux et incitations
4. Retour à l'institutionnalisme originaire
L'institutionnalisme historique (Hodgson, Boyer). L'incomplétude des règles (Piore, Doeringer, Favereau).
5. Conclusion. Le marché, une institution parmi d'autres ? La monnaie, marchandise ou institution ?

______________________
1 CHAVANCE Bernard, 2006, L'économie institutionnelle, Repères, La découverte, p. 3.

20H - 3 ECTS Histoire des sentiments d'appartenance
Contenu

Il s'agit d'aborder les appartenances, qu'elles soient ethniques ou nationales, religieuses ou sexuelles, dans leur caractère d'appartenances construites, conséquences d'une catégorisation faisant intervenir mémoire, langue, territoire, genre, et également lois et réglementations. Ce cours doit permettre de rapprocher les constructions identitaires ethnique, nationale, sexuelle, religieuse autour d'une critique de l'essentialisme et du naturalisme, au profit d'une approche historique. En ce sens, le cours devrait aider à appréhender les rapports sociaux de domination présents dans les sociétés contemporaines et à mieux comprendre les manifestations identitaires qui s'y produisent.

20H - 3 ECTS
Politique comparée
Contenu

Ce cours s'inscrit dans une actualité brûlante (mondialisation, européanisation, terrorisme, pandémies, raréfaction des ressources naturelles, changement climatique, soft power...) dont il s'agira aussi de se distancier pour mieux la comprendre. Pour rompre tout à fait avec les banalités du sens commun, on privilégiera l'actualité des recherches internationales en sciences sociales qui cherchent à comprendre les institutions et phénomènes politiques (par le bas (subaltern et cultural studies), dans une perspective socio-historique (Tilly, Skocpol, Elias...), interdisciplinaire (anthropologie, économie, histoire), tenant compte des contraintes écologiques. Après un aperçu des modèles extra-occidentaux d'autres constructions du politique (Inde, Chine, Afrique), le cours abordera sociologiquement les questions intimidantes de la "crise" et du renouvellement de l'Etat-nation occidental. L'occasion d'un retour sur trois fondamentaux conceptuels de l'Etat : d'abord, la souveraineté ; ensuite, le monopole de la violence physique légitime confronté au terrorisme, aux émeutes urbaines, aux mafias, aux milices et à la justice privée... ; enfin, l'identification nationale face à la mondialisation de la culture et aux flux migratoires. Pour terminer, nous verrons comment s'effectue la désignation des chefs politiques dans différents modèles de dominations politique, depuis le tirage au sort jusqu'au coup d'Etat.

20H - 3 ECTS COURS DE SPÉCIALITÉ Socio-économie du développement
Contenu

NC

20H - 3 ECTS Développement rural et Agroalimentaire au sud
Contenu

Ce séminaire présentera et débattra de la notion de sécurité alimentaire et de la manière dont elle peut s’inscrire dans les politiques de développement au sud. Il traitera de l’intégration des agricultures du sud dans les filières agroalimentaires et abordera la diversité des systèmes agroalimentaires et leur relation avec le développement des zones rurales dans les pays du sud.
Il sera assuré par des professionnels engagés dans la définition et l’expertise des politiques et dans des opérations de recherche-développement sur le terrain.

20H - 3 ECTS Clés de l'Amérique Latine
Contenu
NC
20H - 3 ECTS Anthropologie du développement
Contenu

Ce séminaire est structuré autour de l’intervention de chercheurs et de consultants investissant dans leur démarche professionnelle les outils et les approches proposées par l’anthropologie du développement

20H - 3 ECTS

ATELIER 40H - 5 ECTS Projets de développement et de solidarité internationale
Contenu

Atelier réalisé par petits groupes : Application des enseignements à un cas pratique réalisé pour un commanditaire : clarification de la commande, lettre de mission, réalisation, restitution des travaux.



conférence de méthode LVA 18H - 2 ECTS LVB 18H - 1 ECTS
Cours d'ouverture 20H - 1 ECTS A choisir entre :
1. Cours d'ouverture anglais (1) 2. Cours d'ouverture anglais (2) 3. Cours d'ouverture espagnol (1)

ACTIVITÉS FACULTATIVES
 
5e année
Semestre 9 TRONC COMMUN
1 cours à choisir parmi les 2 (tronc commun uniquement) :
Les grands enjeux de santé mondiale
Contenu

NC

20H - 3 ECTS Gouvernance du changement climatique
Contenu

Ce cours a pour ambition de présenter les principaux cadres de la lutte contre les changements climatiques au plan international, européen et national. Après une présentation des enjeux et défis de la lutte climatique, il sera successivement exposé les grandes lignes du régime international du climat, les politiques climatiques européennes de l’Union européenne et le cadre législatif et réglementaire français relatif à la lutte contre les changements climatiques. Les acteurs de la gouvernance climatique ainsi que les actions en justice de cette lutte climatique seront évoqués.

20H - 3 ECTS
La démocratie participative
Contenu

Après avoir été représentative, la démocratie se doit aujourd'hui d'être participative. Aucune décision publique ne peut désormais être tenue pour légitime si elle n'a pas été préalablement « délibérée », notamment avec les « parties prenantes » qu'elle concerne. En présentant la riche littérature qui s'est constituée sur ce thème, notamment en sociologie politique, ce cours vise ainsi à montrer que la délibération et la participation forment une technologie de gouvernement de plus en plus répandue et routinière en France, concernant de nombreux domaines et de nombreuses échelles d'action publique. Pour autant et bien que cette « démocratie participative » soit présentée comme une innovation, voire une révolution, on insistera davantage sur la continuité entre celle-ci et la démocratie représentative, plus que sur une supposée rupture par laquelle la seconde remplacerait de plus en plus la première.

20H - 3 ECTS
COURS DE SPÉCIALITÉ Migrations et développement
Contenu

Non communiqué

20H - 3 ECTS Gouvernance des ressources naturelles et Communs
Contenu

NC

20H – 3 ECTS Genre et développement
Contenu
Non communiqué
20H - 3 ECT Clés de l'Asie et de l'Afrique
Contenu
Non communiqué
20H - 3 ECT

ATELIER 20H - 5 ECTS Réponse à un appel d'offre
Contenu

Ecriture de projet en réponse à un appel d’offres de bailleurs de fonds
Mise en application des enseignements sur un cas pratique: examen des attendus, construction d'un arbre des objectifs, du cadre logique, élaboration d'un budget, rédaction d'une proposition



Cours d'ouverture 20H - 1 ECTS A choisir entre :
1. Immigration and diversity management in Britain and France from 1930 to present.
Contenu

After WW2, " universalist " immigrations policies were set up in Britain. They favoured a political and civic approach to immigration, which was quickly enough to lead to a disconnection of immigration from the country’s actual economic and manpower needs. In France, universalism prevailed too, albeit along different lines. Immigrants were to be defined only in relation to their contribution to the national economy, which means they were to be kept at a distance from French society for the next thirty years.
For political reasons mostly, mass economic immigration came to an end in the UK as early as 1962, despite the country’s economic needs. Immigration controls became combined both with a unique anti-discriminatory legislation (" dual state interventionism ") and a liberal interpretation of integration, distinct from any attempt at ‘cultural uniformity’. It took France twelve extra years to put an end to unskilled, mass immigration and to its laissez-faire approach to economic immigration. Both countries converged towards increasingly strict immigration controls from then on but remained apart as regards integration, ignored by and large, by the successive French governments of the 1960s and 1970s.
In the 1980s and the 1990s in Britain, there was a shift towards ‘multiculturalist’ policies in keeping with the dual state interventionism of the 1960s and 1970s (‘multicultural consensus or settlement’). Such policies were put in place at a time when France was still struggling to define a modern-day integration policy, although François Mitterrand’s election in 1981, signalled a much more pro-active approach. Under Mitterrand’s second seven-year term, there eventually emerged the " politique d’intégration républicaine " (1991) formulated by the newly-created Haut Conseil à l’Intégration.
Since the early 2000s, the multicultural consensus has (superficially, at least) been questioned in Britain. France, by contrast, has been relatively stable, although one has undeniably witnessed some degree of ‘ethnicisation’ of the country, to quote anthropologist Jean-Loup Anselme(1).
One may therefore argue that the British model has become more universalist and that the French one - and French society as a whole- have become more differentiated(2). A common trait has been the instrumentalisation of immigration and integration policies by both extremist and mainstream political parties, with e.g. David Cameron’s attacks on ‘State multiculturalism’ and e.g. Sarkozy’s radicalisation from the so-called Grenoble speech onward (Summer 2010 (3)) or more recently the exploitation of the Roma or islamism issues by the current Socialist government.

 

1 Jean-Loup Anselme, Vers un multiculturalisme français. L’Empire de la coutume, Paris, Flammarion-Champs Essais, 1996 & L’ethnicisation de la France, Paris, Editions Lignes, 2011.

2 Vincent Latour, " Converging at last? France, Britain and their minorities ", in Tariq Modood & Gino Raymond, The Construction of National Identities, London / New York, Palgrave-Macmillan, Novembrer 2007

3 Vincent Latour, " The Sarkozy Years: Attempting to Define a New Paradigm for Diversity Governance in France ", in The Sarkozy Presidency: Breaking the Mould?, edited by Gino Raymond, London  / New York: Palgrave, 2013.
2. An introduction to the British Constitution
Contenu

NC

3. Cours d'ouverture anglais (3)
Contenu

NC

4. Estudios de caso en política, cultura y sociedad en España
Contenu

NC



Conférence de méthode LVA 18H- 2 ECTS LVB 18H - 1 ECTS
ACTIVITÉS FACULTATIVES
Voir tableau des activités facultatives

Semestre 10 STAGE PROFESSIONNEL 9 ECTS Évaluation du stagiaire 4 ECTS Rapport de stage 5 ECTS
GRANDS ORAUX 11 ECTS Grand oral du Diplôme 6 ECTS Grand oral de langue vivante (LVA ou LVB) 4 ECTS Préparation à l'entretien professionnel 1 ECTS
RÉDACTION D'UN MÉMOIRE 10 ECTS

Responsables

Coordonnatrice :

Catherine Baron

Responsables Scolarité



Gestionnaires :

Ariane BERTAUD
05 61 11 02 63

Amélie PRUVOST
05 61 11 02 86

scolarite4@sciencespo-toulouse.fr

Rédigé par SEBASTIEN ROY

Mise à jour le 4 mai 2022


Renseignements pratiques :

Sciences Po Toulouse
2 ter rue des puits creusés
CS 88526
31685 Toulouse cedex 6

Tél. : 05 61 11 02 60
Fax : 05 61 22 94 80
Courriel
Sur Internet
 

Sciences Po Toulouse
21 allée de Brienne
CS 88 526
31685 Toulouse CEDEX 6

Tél. : +33 (0)5 61 11 02 60
Fax : +33 (0)5 61 22 94 80

© 2016 - Sciences Po Toulouse


Webmestre | Mentions légales | EasyRepro