Le manifeste du monde nouveau


du 8 avril 2019 au 28 mai 2019

Le 31 mars, cinq étudiant·e·s de Sciences Po Toulouse ont remis le Manifeste du monde nouveau à Michal Kurtyka, président de la COP24.

Le Manifeste du monde nouveau

Le Manifeste du monde nouveau

Du 29 au 31 mars dernier, Marie Grandjean, Mathieu Groffe, Mélina Guiné, Sota Nakamura et Julie Pasquet, étudiant·e·s à Sciences Po Toulouse et membres de Gaïa, ont participé au forum Le monde nouveau à Perpignan. Il·elle·s étaient citoyen·ne·s rapporteu·r·euse·s lors de cette manifestation pour l’écologie en Occitanie.

Trois jours de conférences, ateliers et débats

« Il s’agissait de déterminer quel monde nous voulons pour demain et comment rendre l’Occitanie une région à la fois plus écologique et plus sociale », explique Julie Pasquet, étudiante en quatrième année à Sciences Po Toulouse. Organisé par la fondation la Dépêche et Akuo energy, le forum Le monde nouveau a été le théâtre d’échanges entre act·eur·rice·s institutionnel·le·s, citoyen·ne·s, association et étudiant·e·s.

« Il y avait cinq thèmes définis pour ce forum et c’était les cinq thèmes de la COP21 », explique Julie Pasquet. Elle poursuit : « Il y avait cinq plénières pendant les trois jours et chacune portait sur un des thèmes de la COP21 : énergie-climat, alimentation, innovation par exemple ». L’occasion d’un bilan, quatre ans après le sommet de Paris. « Il y a un décalage entre ce que la société civile veut et ce que les politiques mettent en œuvre. Ils sont beaucoup trop lents, pas assez ambitieux. Alors qu’à l’échelle des territoires, on a toutes les solutions », conclut la vice-présidente de l’association Gaïa.

Le manifeste du monde nouveau

« Le but du manifeste était d’écrire un bilan de ce forum, court, percutant. On l’a vu très radical », détaille Julie Pasquet. Pendant trois jours, les cinq étudiant·e·s de Sciences Po Toulouse et membres de Gaïa ont rencontré les participant·e·s du forum et ont couvert les événements. Finalement, pendant la nuit précédant la cérémonie de clôture, il·elle·s ont rédigé le Manifeste du monde nouveau. Le 31 mars, Julie Pasquet l’a finalement remis en mains propres à Michal Kurtyka, président de la COP24. « On a essayé de faire un texte fort et grammaticalement puissant. Je pense que ça l’a marqué. Je suis en contact avec lui maintenant et il veut qu’on traduise ce manifeste en plusieurs langues », explique l’étudiante.

Retrouver de l’espoir

« C’était incroyablement riche en rencontres, en émotion et en optimisme » s’enthousiasme Julie Pasquet. Elle poursuit : « Malgré l’urgence, ça fait du bien de se retrouver avec plein de gens qui ont espoir et qui font des choses ». Elle souligne aussi avoir apprécié travailler à la rédaction du manifeste avec Marie, Mélina, Matthieu et Sota.

Vendredi 12 avril dernier, la jeune écologiste était invitée au Conseil d’administration de Sciences Po Toulouse pour remettre le Manifeste du monde nouveau à son président. Après une présentation du projet, la réaction de l’audience a été « très positive ». « Les professeur·e·s de langues ont proposé de le traduire », sourit Julie. 

Rédigé par CECILE MENARD

Mise à jour le 15 mai 2019


 

Sciences Po Toulouse
2 Ter Rue des Puits Creuses
CS 88 526 - 31685 Toulouse CEDEX 6

Tél. : +33 (0)5 61 11 02 60
Fax : +33 (0)5 61 22 94 80


Contactez nous par mail

Plan des locaux

© 2016 - Sciences Po Toulouse


Webmestre | Mentions légales | DocuRepro