Formations

Transition écologique, Risques, Santé (TERS)



Nature :
Formation diplômante
Année de sortie :
Bac + 5

Accessible en :

Formation initiale

La crise climatique nous oblige à décloisonner les savoirs et les façons d’agir et à repenser les liens entre les sociétés, les sciences et la nature.
Centré sur la question des risques, ce parcours les aborde sous diverses déclinaisons en insistant sur leurs entremêlements. Il s’appuie à la fois sur des enseignements de type académique mais également sur des savoirs et des compétences plus professionnels et pratiques.

Compétences :
  • Maîtriser les théories et concepts liés à la crise climatique (transition, risques, développement durable, biodiversité, santé ou justice environnementale…).
  • Acquérir des compétences réglementaires spécialisées dans la transition (droit de l’environnement, droit du climat, planification de la transition, enjeux du contentieux de santé environnementale, justice climatique, etc.)
  • Acquérir des compétences et des outils pratiques pour y répondre (SIG, organisation ou cartographie des controverses, bilan carbone, etc.).
  • Développer des capacités d’animation, de coordination, d’évaluation d’un projet lié à l’urgence Écologique.

Spécificités

Maîtriser les théories et concepts liés à la crise climatique (transition, risques, développement durable, biodiversité, santé ou justice environnementale…). Acquérir des compétences et des outils pratiques pour y répondre (SIG, organisation ou cartographie des controverses, bilans carbone...). Développer des capacités d’animation, de coordination, d’évaluation d’un projet lié à la crise climatique.

Objectifs

Le parcours ambitionne de former des cadres à préparer la transition écologique, à gérer les risques et les incertitudes liés aux enjeux environnementaux, sanitaires ou industriels et animer les instruments et les politiques qui en découlent (RSE, Plan vert, PCAET, diagnostics territoriaux, bilan carbone, stratégies de développement durable, DDRS, ESG, retours d’expérience, cartographies de controverses, etc.).

Contrôle des connaissances


Profil des enseignant·e·s extérieur·e·s

Universitaires (en géographie - aménagement, en Sciences de l’information, en Droit privé), chargés de recherches à l’INRA en économie, consultants dans le domaine du développement...

Et après ?

Débouchés professionnels
Exemples de métiers exercés par les diplômé.e.s issu.es du parcours :
  • Chargé.e de mission Concertation & Transition énergétique
  • Chargé.e de mission dans une métropole
  • Chargé.e de mission santé/environnement
  • Chargé.e de mission sensibilisation au développement durable
  • Chargé.e de mission tourisme
  • Conseillère mobilité
  • Consultant.e énergie et innovation Consultant.e en mobilité durable
Statistiques
Suivi des diplômé·e·s à 6 mois :

84% : Taux d’insertion professionnelle
25% : Taux de poursuite d’études
7% : Diplômé·e préparant un concours

Informations complémentaires

TÉMOIGNAGES

"C’est grâce à mon stage de fin d’études que j’ai été embauchée à mon poste actuel, au sein de la même entreprise. Tous les jours, je mobilise les outils de gestion de projets découverts durant mon parcours D3P1, ainsi que de nombreux concepts sociologiques afin de travailler aux côtés d’équipes internationales",

Agathe, diplômée 2021, cheffe de projets en développement durable
« Ce parcours est tout particulièrement destiné à celles et ceux qui veulent répondre dans leur vie professionnelle à la crise climatique et aux enjeux multiples qu’elle soulève. La formation vise ainsi à donner à la fois des savoirs conceptuels, des compétences plus pratiques mais surtout une certaine gymnastique d’esprit (penser les problèmes de manière décloisonnée, intégrée et savoir se défaire des « grands partages » qui séparent la « nature » de la « culture » ou la « société » de la « technique ») qu’il s’agira d’appliquer dans de nombreux secteurs ».

Julien Weisbein et Christel Cournil, responsables du parcours.
 
Coût de la formation :
Sciences Po Toulouse a mis en place des droits d’inscription modulés en fonction des revenus des familles.

Conditions d'accès

Concours d’accès en 4e année
Vous avez un niveau bac +3 et vous souhaitez intégrer Sciences Po Toulouse ?
Le concours de 4ème année permet d’accéder au diplôme de Sciences Po Toulouse, dans l’une des spécialités de cycle master proposées par l’établissement.


Admission par mutualisation en 5e année
Le diplôme de Sciences Po Toulouse n'est pas accessible directement en 5e année.
Cependant grâce à la convention de mutualisation signée par les 9 IEP un étudiant déjà inscrit dans le Diplôme de l'IEP peut effectuer sa 5e année dans un autre IEP que le sien.

Organisation générale des études

4e année
Semestre 7
Semestre 1
TRONC COMMUN
3 cours à choisir parmi :
3 cours à choisir parmi les 6 (tronc commun + tronc commun spÉcialisÉ :
Politique économique
Contenu

Ce cours passe en revue les politiques susceptibles de rehausser durablement la croissance de l'économie fran&ccdil;aise. Quatre grands thèmes seront abordés :
- les politiques agissant sur le niveau de l'épargne et de l'investissement;
- les politiques en faveur de l'innovation et des PME;
- la question de la compétitivité;
- le chômage et le marché de l'emploi.
Le cours proposera dans un premier temps un rappel général sur la croissance économique et sur les limites d'une politique qui ne serait fondée que sur ce seul objectif. Chaque séance sera ensuite l'occasion d'analyser les politiques mises en place en France, et de faire un lien avec l'actualité. Parmi les mesures qui seront abordées : le crédit impôt recherche, les pôles de compétitivité, la fiscalité de l'assurance vie, le CICE et le pacte de responsabilité, la TVA sociale, les politiques de change, la loi El Khomri et la réforme en cours du droit du travail, les allègements de charge au voisinage du SMIC, les emplois d'avenir, la formation professionnelle, etc.. Le cours invitera les étudiants à réfléchir sur le bien fondé des politiques économiques menées au cours des dernières années, dans la mesure du possible d'une manière objective et non partisane à l'aide des méthodologies d'évaluation économique des politiques publiques.

20H - 3 ECTS
Sociologie de l'action publique
Contenu

Les politiques publiques sont omniprésentes : pas un jour sans que les acteurs politiques, privés et publics, les médias, les citoyens n'évoquent dans leurs discours le rôle, l'impact, le déficit réel ou supposé des politiques publiques. OGM, déchets nucléaires, emploi, politiques migratoires, réformes des retraites, de la Sécurité sociale ou de l'hôpital, crises sanitaires, grenelle de l'environnement, carte judiciaire, politiques pénales, "plans banlieues" sont autant de mots valises qui renvoient aux formes de plus en plus complexes de l'action publique. Aussi familier soit-il, le terme "action publique" recèle cependant une grande diversité de sens, d'approche et d'analyse.
Partant de ce constat, le cours invite à réfléchir aux conditions de possibilité d'une science sociale de l'action publique. Il poursuit ainsi deux objectifs majeurs. Il revient, d'une part, sur les principes fondamentaux et les grands enjeux de l'action publique : définition et caractérisation des politiques publiques, type de politiques publiques, transformation historique de l'action publique, mise en oeuvre et construction des problèmes publics, instrumentation de l'action publique...etc. Il entend, d'autre part, proposer aux étudiants un état des savoirs et des recherches à partir de l'analyse et de la présentation d'études de cas. Après une introduction générale sur l'historicité de l'action publique ("art de gouverner", formes de la "gouvernementalité"), le cours s'organise autour d'un plan thématique en quatre points :

  1. L'Etat et l'action publique (évolutions du rôle de l'Etat dans la définition et la conduite de l'action publique)
  2. Les acteurs de l'action publique (acteurs politiques, "non étatiques" et "intermédiaires" des politiques publiques)
  3. Les instruments de l'action publique ("dépérissement" des instruments classiques - lois, pouvoir réglementaire - au profit de nouveaux instruments issus du New Public Management - benchmarking, normes standards, indicateurs de performance, best practices - qui conduit à s'interroger sur les formes de dépolitisation de l'action publique)
  4. Les changements de l'action publique (path dependence, convergence et européanisation des politiques publiques...)
20H - 3 ECTS
Régulation juridique et légistique
Contenu

Les transformations qui affectent le droit comme mode de régulation des activités humaines sont multiples. Ce cours propose d'en rendre compte au prisme du débat contemporain sur la qualité du droit. Ce débat s'inscrit dans le contexte d'une société hyper-normée qui en même temps questionne, voire remet en cause, l'instrument juridique. La dénonciation de l'inflation normative et la dégradation de la qualité de la loi sont devenus des poncifs du discours sur le droit. La régulation juridique traverserait ainsi une crise, que des politiques publiques nationales, européennes et internationales (UE, OCDE) chercheraient à résoudre au moyen de démarches de simplification et d’amélioration de la qualité du droit. Après quelques rappels sur la spécificité du droit comme manifestation de la normativité, le cours vise à faire un état des lieux critique de cette crise et des voies de remédiation proposées. A ce titre, il propose d’initier les étudiant.e.s à une discipline dont la place dans l’enseignement supérieur français, y compris dans les facultés de droit et les IEP, est encore très confidentielle : la légistique. Cette « science appliquée » (J. Chevallier) tend aujourd’hui à normer la production des normes juridiques au travers de préconisations techniques visant à « mieux légiférer ». Elle augurerait même, ainsi que l’exprime le Conseil d’Etat, une « nouvelle culture normative » qu’il appelle d’ailleurs de ses vœux.

20H - 3 ECTS
Management des organisations
Contenu

Le cours présente le management et son histoire dans une perspective critique en montrant ses conséquences politiques et sociales. Conduire les équipes, les projets et le changement est une des compétences majeures attendue des futurs cadres supérieurs de l'état et des collectivités territoriales comme des entreprises et des ONG. Ce cours a pour objectif de transmettre les connaissances fondamentales et les compétences du management qui sont transversales aux principaux champs disciplinaires des sciences de l'organisation (gestion des ressources humaines, contrôle de gestion, systèmes d'information, finances, marketing...). Les grandes fonctions qui existent dans les organisations publiques et privées seront abordées ainsi que les théories qui éclairent les pratiques les plus récentes en matière de management.

20H - 3 ECTS COURS DE SPÉCIALITÉ Les politiques de l'environnement
Contenu

Ce cours entend donner un aperçu des concepts et des enjeux soulevés par l’idée d’un gouvernement de l’environnement, en prenant le cas de la France. Il présente une analyse des politiques publiques environnementales, à travers les dénominations dont elles ont été l’objet (« nature », « environnement », « développement durable », « transition »), à travers les acteurs qui les coproduisent (Ministères, collectivités territoriales, agences, monde du conseil, médias, associations, etc.), à travers leurs diverses logiques de (dé)sectorialisation et de (dé)cloisonnement administratif et à travers les instruments et outils qui les opérationnalisent (planification, délibération, contractualisation, etc.). Au total, il s’agira de montrer à la fois les nouveautés comme les contraintes que rencontre l’action publique environnementale.

20H - 3 ECTS Aménagement durable et transition
Contenu

12h Aménagement durable et transition, Louise Edrei

Ce séminaire s’organise autour de six séances de deux heures et entend donner un aperçu des enjeux soulevés par la « ville durable » dans l’ère de l’Anthropocène. L’on questionnera, par des études d’aménagement de l’espace urbain et rural (éco-quartiers, ZAC, Villes en Transition, en désurbanisation et en décroissance, etc.) la construction des concepts de prévention, d’adaptation et de résilience aux aléas climatiques. Les étudiant.e.s seront amené.e.s à interroger les politiques de planification urbaine et les stratégies de gestion intégrée des risques pour mieux comprendre les grands enjeux de la transition écologique, en découvrant les outils tels que les PLUi, les SCOT, les SRCAE, les PCAET ou les PDU. L’objectif est d’observer comment se déclinent les orientations, comment celles-ci se concrétisent sur les territoires et comment elles-sont appropriées à l’échelle locale.

8h Adaptation des villes au changement climatique : quels besoins de transition voire de transformation pour la résilience territoriale, Rachel Jouan Daniel

Ce séminaire s’organise autour de deux sessions de 4 heures. La première précisera les rappels sur les impacts et enjeux territoriaux et économiques du changement climatique, avec un zoom sur les vulnérabilités urbaines. Quelles réponses pour l'adaptation des villes au changement climatique ? Qu'est-ce que la résilience territoriale ? Sur quelle(s) dimension(s) repose-t-elle ? La seconde organisera un atelier de mise en situation sur un choc systémique : à partir de la lecture d'un récit de choc (canicule extrême longue et intense 2035), quelles sont les forces, les faiblesses et les manques, quels sont les défis qui émergent ?

20H - 3 ECTS La transition écologique des risques technologiques
Contenu

La question des transitions écologiques trouve sa source dans la prise en considération de l’ensemble des bouleversements globaux en cours, de l’urgence écologique et des défis sociétaux qui leur sont associés. Dans ce contexte, l’enjeu de la conception et du développement de nouvelles technologies est de s’inscrire dans la perspective de la transition écologique au regard, notamment, des risques qu’elles génèrent ou sont susceptibles de générer. Ce processus ne va pas de soi. Ainsi, différentes technologies susceptibles de contribuer à répondre aux défis environnementaux font l’objet de remise en cause, que ce soit des technologies radicalement nouvelles (nanotechnologies) ou des technologies plus classiques (éolien, méthanisation...). Ce séminaire a pour objectif d’analyser les contestations civiques qui se sont manifestées contre les risques technologiques ces dernières années et qui ont conduit à des formes renouvelées d’expression et d’agir publics.

20H - 3 ECTS Construction sociale et juridique des risques
Contenu

Mobilisant des étudiants de divers horizons disciplinaires, en collaboration entre 4 masters (Transition écologique, risques et santé de l’IEP, le master Ville et Aménagement d’UTJJ, le master Génie Urbain de l’INSA et les modules Ville Territoire de l’ENSA), l’atelier interformation propose d’initier aux enjeux de la gestion et de l’aménagement des villes par la coopération interprofessionnelle. Travaillant ensemble sur un thème et un territoire choisi pour l’actualité des questions posées, en lien avec une préoccupation affichée de la métropole toulousaine, un atelier intensif sera un temps particulier regroupant les analyses croisées, stratégies possibles et pistes d’actions, présentée et débattue avec les acteurs locaux. L’objectif est également de favoriser l’ouverture vers une culture urbaine plus large, porteuse d’une créativité pour imaginer le futur.

20H - 3 ECTS

ATELIER 20H - 5 ECTS Atelier inter formation "Territoire en transition"
Contenu

NC



conférence de méthode LVA 18H - 2 ECTS LVB 18H - 2 ECTS

Semestre 2
Semestre 8 TRONC COMMUN
Economie des transitions et des institutions
Contenu

Économie, société et environnement naturel constituent des systèmes en coévolution, de sorte que les fonctionnements des uns impactent directement celui des autres, et inversement. Les règles de fonctionnement de nos sociétés, qu’elles soient politiques (règlements, lois…), sociales (habitudes, pratiques…) ou économiques (organisation marchande, contrats…) impliquent des rapports particuliers à l’environnement naturel et génèrent différents impacts. Comprendre les transitions requiert une connaissance approfondie des institutions économiques. La première partie du cours présente donc les fondamentaux de l’économie des institutions, et ceux des mécanismes micro et macro à l’œuvre dans les processus de transitions. Questionner la manière dont ces institutions économiques et sociales fonctionnent constitue un exercice important pour identifier tant les verrous que les stratégies de changement. La deuxième partie du cours propose un apprentissage des fondamentaux de l’économie écologique, située au croisement de l’économie et de l’écologie, et de ses pistes pour penser les enjeux de soutenabilité.

20H - 3 ECTS Histoire des sentiments d'appartenance
Contenu

Il s'agit d'aborder les appartenances, qu'elles soient ethniques ou nationales, religieuses ou sexuelles, dans leur caractère d'appartenances construites, conséquences d'une catégorisation faisant intervenir mémoire, langue, territoire, genre, et également lois et réglementations. Ce cours doit permettre de rapprocher les constructions identitaires ethnique, nationale, sexuelle, religieuse autour d'une critique de l'essentialisme et du naturalisme, au profit d'une approche historique. En ce sens, le cours devrait aider à appréhender les rapports sociaux de domination présents dans les sociétés contemporaines et à mieux comprendre les manifestations identitaires qui s'y produisent.

20H - 3 ECTS
Politique comparée
Contenu

Ce cours s'inscrit dans une actualité brûlante (mondialisation, européanisation, terrorisme, pandémies, raréfaction des ressources naturelles, changement climatique, soft power...) dont il s'agira aussi de se distancier pour mieux la comprendre. Pour rompre tout à fait avec les banalités du sens commun, on privilégiera l'actualité des recherches internationales en sciences sociales qui cherchent à comprendre les institutions et phénomènes politiques (par le bas (subaltern et cultural studies), dans une perspective socio-historique (Tilly, Skocpol, Elias...), interdisciplinaire (anthropologie, économie, histoire), tenant compte des contraintes écologiques. Après un aperçu des modèles extra-occidentaux d'autres constructions du politique (Inde, Chine, Afrique), le cours abordera sociologiquement les questions intimidantes de la "crise" et du renouvellement de l'Etat-nation occidental. L'occasion d'un retour sur trois fondamentaux conceptuels de l'Etat : d'abord, la souveraineté ; ensuite, le monopole de la violence physique légitime confronté au terrorisme, aux émeutes urbaines, aux mafias, aux milices et à la justice privée... ; enfin, l'identification nationale face à la mondialisation de la culture et aux flux migratoires. Pour terminer, nous verrons comment s'effectue la désignation des chefs politiques dans différents modèles de dominations politique, depuis le tirage au sort jusqu'au coup d'Etat.

20H - 3 ECTS COURS DE SPÉCIALITÉ Droit de l'environnement et de la transition
Contenu

Cet enseignement exposera de manière critique la progressive construction du droit de l’environnement d’hier et de la transition écologique d’aujourd’hui. Ce droit est encore “jeune”, complexe, technique, supranational et en pleine mutation depuis le Grenelle de l’environnement jusqu’à la dernière loi “Climat et résilience”. Plusieurs grandes périodes seront notamment abordées grâce à des illustrations topiques : la phase jurisprudentielle et l’administration progressive de l’environnement, la consolidation du droit de l’environnement avec une inflation législative, la constitutionnalisation de la protection de la nature et de ses grands principes environnementaux, l’accompagnement de la transition écologique avec l’apport des lois sur la transition énergétique et la « climatisation » du droit. Il donnera l’occasion de s’interroger plus généralement sur notre rapport à la nature et au vivant tout en identifiant les défis et mutations juridiques nécessaires pour appréhender la Grande transition et envisager des changements de paradigme des instruments juridiques (droit de la nature, écocide) pour faire face à l’urgence écologique.

20H - 3 ECTS Approches socio-économiques de la transition écologique
Contenu

Ce séminaire aborde les enjeux sociaux, économiques et politiques, mais aussi scientifiques et techniques, qui se posent dans la transition écologique. Il vise à proposer des clés de compréhension macroéconomiques et microéconomiques à partir de trois champ de littérature complémentaires : les transitions studies proposent d'aborder les dynamiques d'innovation en termes de co-évolution entre acteurs, organisations et institutions à différents niveaux du régime dominant ; l'économie écologique, en particulier dans sa manière systémique conceptuelle avec laquelle elle aborde la complexité et propose des outils d'évaluation/analyse/décision multicritères ; et l'économie/sociologie des conventions appliquée à l'environnement fournit un cadre de compréhension des enjeux de valeurs sociales qui justifient l'engagement écologique ou les décisions publiques. Les apports conceptuels et théoriques seront illustrés à partir d'enjeux de transition dans le secteur agricole.

20H - 4 ECTS Les enjeux juridiques de santé environnementale
Contenu

Pour mieux comprendre les grands enjeux de transitions (écologique, sociale et sanitaire), ce séminaire aura pour but d’initier les étudiant.e.s aux problématiques liées à la santé environnementale sous l’angle du droit. À partir d’études de cas traitant à la fois des enjeux d’environnement et de santé, les étudiant.e.s pourront acquérir des connaissances sur le traitement juridique des risques avérés ou potentiels (perturbateurs endocriniens, nucléaire, pesticide, etc.), sur l’action préventive et l’approche de précaution, sur le cadre juridique de l’alerte en France, sur la responsabilité de l’État dans des affaires de « santé environnementale”» (amiante, chlordécone, pollution atmosphérique, biodiversité, climat, etc.).

20H - 4 ECTS La responsabilité sociale de l'entreprise et finance verte
Contenu

RSE
La responsabilité sociétale de l’entreprise, déclinaison du développement durable au niveau de l’acteur économique, désigne donc l’intégration de préoccupations sociales et environnementales dans les activités commerciales et la prise en compte des parties prenantes internes et externes impactés par les effets négatifs de celles-ci. Par sa démarche RSE, l’entreprise entend être citoyenne, dans l’ensemble de sa sphère d’influence. Cette démarche initialement purement volontaire et relevant de l’éthique des affaires est aujourd’hui saisie par le droit. De nombreuses pratiques de RSE sont ancrées dans des obligations légales imposant de rendre des comptes et de prendre en compte le volet extra financier de leurs activités, notamment en déployant des procédures de vigilance. L’objet de ce cours, centré sur les risques industriels et les enjeux environnementaux, est d’analyser les grands concepts de la RSE et de souligner son évolution normative (pratiques commerciales responsables, consommation durable, implication écologique des salariés).

Finance verte
"La finance verte regroupe l'ensemble des activités, des produits et des marchés financiers dédiés au financement de la transition énergétique et de la lutte contre le dérèglement climatique et les pollutions et dégradations de l'environnement. Tout investissement nécessitant un financement, public ou privé, la finance a de fait le pouvoir d'accélérer ou de ralentir la transition écologique, selon qu'elle est bien ou mal orientée. Les fonds d'investissement verts, les green bonds et les éco-labels financiers se développent fortement ; mais une activité dont la raison d'être est "l'optimisation du couple rendement/risque" peut-elle vraiment contribuer à la lutte contre la destruction de notre environnement ? Ne s'agit-il pas de greenwashing ? La finance verte doit être regardée bien en face, pour en appréhender précisément le potentiel, mais aussi les limites. C'est pourquoi nous aborderons des questions telles que : Les fonds et titres verts le sont-ils vraiment ? Comment fonctionnent-ils ? Quels outils pour financer les innovations vertes ? Peut-on compter sur une création monétaire "gratuite" pour financer la transition ? Le financement privé est-il fiable ou bien est-il nécessaire d'avoir un financement public massif pour financer la transition ? Les crises climatiques peuvent-elles être gérées avec les outils financiers classiques de gestion des risques ? La finance peut-elle s'intéresser à des investissements favorisant la sobriété ? Le low-tech ? La lenteur, les circuits-courts, le recyclage ou des relocalisations ? La finance pourrait-elle s’accommoder d'un monde sans croissance ?

20H - 4 ECTS

ATELIER 20H - 5 ECTS Co-construire la justice climatique, en partenariat avec Notre Affaire à Tous
Contenu

L’objectif de cet atelier sera de proposer aux étudiant.e.s une immersion dans la co-construction de plusieurs projets de l’association Notre Affaire à Tous (NAAT). L’association a été créée en 2015 pour œuvrer à l’instauration de la justice climatique par les outils juridiques notamment. Elle a depuis diversifié ses actions de plaidoyer et sensibilisation. L’association compte plus de 450 adhérent-es, et 200 bénévoles actifs-ves. Il existe plusieurs groupes de travail : “Juristes”, “Plaidoyer”, “Affaire du Siècle”, “Multinationales”, “Inégalités climatiques”, “Communication”, “Recours locaux”, “Éducation-sensibilisation” et “Mouvement mondial” et “Droits de la nature”, “Ecocide” et “Constitution écologique”. Les étudiant.e.s participeront à la réalisation de plusieurs projets co-construits avec la.e chargé.e de missions de Naat et les bénévoles de l’association.



conférence de méthode LVA 18H- 2 ECTS LVB 18H - 1 ECTS
Cours d'ouverture 20H - 1 ECTS A choisir entre :
1. Cours d'ouverture anglais (1) 2. Cours d'ouverture anglais (2) 3. Cours d'ouverture espagnol (1)

ACTIVITÉS FACULTATIVES
 
5e année
Semestre 9 TRONC COMMUN
1 cours à choisir parmi les 2 (tronc commun uniquement) :
Les grands enjeux de santé mondiale
Contenu

NC

20H - 3 ECTS Gouvernance du changement climatique
Contenu

Après une présentation des enjeux et défis de l’urgence climatique, les grandes étapes de la construction du régime international du climat ainsi que les impasses de cette gouvernance seront retracées. Les principaux instruments politiques et juridiques des politiques climatiques de l’Union européenne ainsi que le cadre législatif et réglementaire français seront délivrés aux apprenant.e.s dans une perspective critique en illustrant notamment les points de tension et de difficultés de mise en œuvre que rencontrent les États et en particulier la France. Les différents acteurs de la gouvernance climatique impliqués seront évoqués tout au long de l’enseignement. Les actions en justice visant à contester le manque d’action des États et à demander des comptes aux principaux émetteurs de GES (Carbon major) seront exposées pour finir.

20H - 3 ECTS
La démocratie participative
Contenu

Après avoir été représentative, la démocratie se doit aujourd'hui d'être participative. Aucune décision publique ne peut désormais être tenue pour légitime si elle n'a pas été préalablement « délibérée », notamment avec les « parties prenantes » qu'elle concerne. En présentant la riche littérature qui s'est constituée sur ce thème, notamment en sociologie politique, ce cours vise ainsi à montrer que la délibération et la participation forment une technologie de gouvernement de plus en plus répandue et routinière en France, concernant de nombreux domaines et de nombreuses échelles d'action publique. Pour autant et bien que cette « démocratie participative » soit présentée comme une innovation, voire une révolution, on insistera davantage sur la continuité entre celle-ci et la démocratie représentative, plus que sur une supposée rupture par laquelle la seconde remplacerait de plus en plus la première.

20H - 3 ECTS
COURS DE SPÉCIALITÉ Les enjeux de santé publique
Contenu

Cet enseignement de spécialité expose par un regard pluridisciplinaire des clés de compréhension de la santé publique, pour mieux en percevoir la complexité et mieux en comprendre les enjeux contemporains – enjeux mobilisant à la fois des savoirs techniques et politiques, pour un débat nécessaire autour de la santé. La pandémie de COVID-19 a rebattu les cartes de la place de la santé publique dans le débat public, et de fait, les questions sanitaires sont devenues centrales dans l’organisation de notre société. Crise de l’hôpital public, échec de campagnes de vaccination, creusement des inégalités sociales et territoriales de santé et scandales sanitaires environnementaux, autant de sujets qui font régulièrement la Une de nos médias. Les institutions en charge de la santé ne sont pas moins nombreuses, depuis un ministère et une direction générale de la santé, entourés d'une nuée d'agences plus ou moins indépendantes, de départements en charge du médico-social, de mairies et de régions impliquées dans la santé indirectement – par leurs compétences dans les transports, l'habitat ou l'aménagement urbain aux impacts sanitaires majeurs – produisant un système de santé complexe. Cet enseignement de 20h vise à apporter des éclairages sur les enjeux de santé publique aujourd’hui à partir de différentes disciplines scientifiques (épidémiologie, sociologie, sciences politiques, économie de la santé…). Il est composé de 10 modules dispensés par des enseignant.es chercheur.es membres de l’IFERISS, les lundis et mardis de novembre à décembre de 18h à 20h.
Info : http://www.iferiss.org/index.php/fr/formation

20H - 3 ECTS Les Systèmes d’Information Géographique : initiation au logiciel ArcGIS
Contenu

Ce séminaire vise à former les étudiants à la technique des SIG (systèmes d’information géographique) et, de manière plus précise, à l’utilisation du logiciel QGIS permettant de visualiser, de gérer, de créer et d'analyser des données géographiques. Ce type de compétence est en effet devenu incontournable dans les techniques de prévention et de gestion des risques et, plus généralement, d’aménagement du territoire. Le séminaire sera ainsi fondé sur une initiation à la cartographie et au logiciel à travers des exercices pratiques et la manipulation directe de données géographiques.

20H - 3 ECTS Outils d'organisation collective pour les transitions

Contenu

Organisé-e-s en groupe projet en relation directe avec des immeubles, des structures de l’économie sociale et solidaires ou des laboratoires de recherche, les étudiant-e-s sont amené-e-s à accompagner des démarches de transitions écologiques et sociales dans le cadre quotidien des immeubles : Quelles sont les dynamiques collectives favorables aux projets innovants ? Comment mobiliser pour un nouvel équipement de lowtech ? Comment travailler sur une gouvernance inclusive ?
Inspiré de la pédagogie des opprimées et des outils d’éducation populaire et d’auto-gestion (Paulo Freire, Starhawk, Alinsky), ce séminaire amène les étudiant-e-s à monter elleux-mêmes en expertise sur les outils et processus d’organisations collectives pour être en capacité d’animer des groupes d’habitant-e-s, de militant-e-s et professionnel-le-s et en saisir les enjeux stratégiques et de pouvoirs.

20H - 3 ECTS Transition et tensions à l'épreuve des controverses
Contenu

Face aux nouveaux enjeux de nos mondes contemporains, les processus de transition en chantier ou mis en oeuvre génèrent certes de nouveaux paradigmes, mais aussi des tensions réaffirmées ou inédites, tant à l'intérieur des mondes académiques qu’entre les sciences et le reste de la société. Dans ce cadre, la controverse doit pleinement réaffirmer qu’elle est à la fois outil privilégié de compréhension des conflits, des déplacements argumentatifs et des jeux d’acteurs, et un révélateur de signaux faibles et d’impensés. Au cours de ce séminaire, à travers deux à trois sujets de controverses tant actuels que d’ordre prospectif, choisis par les étudiants, nous nous familiariserons avec cette démarche, nécessitant une part de curiosité et d'inventivité pour pouvoir sans cesse réinterroger le règne de l'évidence. Et, si tout va bien, nous vérifierons l'idée que chaque controverse éclaire les regards que porte notre société sur les nouvelles trajectoires de la science, l'environnement, la santé, le risque...

20H – 3 ECTS

ATELIER 20H - 5 ECTS Cartographier les controverses de transition

Contenu

L'objectif général de l'atelier « Cartographier une controverse » est d'appréhender les bases méthodologiques et techniques nécessaires à l'analyse et à la représentation de situations complexes et troubles face auxquelles l'état des connaissances scientifiques et techniques ne fournit pas les appuis suffisants pour la décision et l'action. Les étudiants seront amenés à instruire une situation réelle de controverse scientifique et technique. Cette enquête collective aboutira à la construction d'un site internet interactif visant à cartographier la complexité des enjeux et à en faciliter ainsi le traitement par les partie-prenantes et les publics concernés.



Cours d'ouverture 20H - 1 ECTS A choisir entre :
1. Immigration and diversity management in Britain and France from 1930 to present.
Contenu

After WW2, " universalist " immigrations policies were set up in Britain. They favoured a political and civic approach to immigration, which was quickly enough to lead to a disconnection of immigration from the country’s actual economic and manpower needs. In France, universalism prevailed too, albeit along different lines. Immigrants were to be defined only in relation to their contribution to the national economy, which means they were to be kept at a distance from French society for the next thirty years.
For political reasons mostly, mass economic immigration came to an end in the UK as early as 1962, despite the country’s economic needs. Immigration controls became combined both with a unique anti-discriminatory legislation (" dual state interventionism ") and a liberal interpretation of integration, distinct from any attempt at ‘cultural uniformity’. It took France twelve extra years to put an end to unskilled, mass immigration and to its laissez-faire approach to economic immigration. Both countries converged towards increasingly strict immigration controls from then on but remained apart as regards integration, ignored by and large, by the successive French governments of the 1960s and 1970s.
In the 1980s and the 1990s in Britain, there was a shift towards ‘multiculturalist’ policies in keeping with the dual state interventionism of the 1960s and 1970s (‘multicultural consensus or settlement’). Such policies were put in place at a time when France was still struggling to define a modern-day integration policy, although François Mitterrand’s election in 1981, signalled a much more pro-active approach. Under Mitterrand’s second seven-year term, there eventually emerged the " politique d’intégration républicaine " (1991) formulated by the newly-created Haut Conseil à l’Intégration.
Since the early 2000s, the multicultural consensus has (superficially, at least) been questioned in Britain. France, by contrast, has been relatively stable, although one has undeniably witnessed some degree of ‘ethnicisation’ of the country, to quote anthropologist Jean-Loup Anselme(1).
One may therefore argue that the British model has become more universalist and that the French one - and French society as a whole- have become more differentiated(2). A common trait has been the instrumentalisation of immigration and integration policies by both extremist and mainstream political parties, with e.g. David Cameron’s attacks on ‘State multiculturalism’ and e.g. Sarkozy’s radicalisation from the so-called Grenoble speech onward (Summer 2010 (3)) or more recently the exploitation of the Roma or islamism issues by the current Socialist government.

 

1 Jean-Loup Anselme, Vers un multiculturalisme français. L’Empire de la coutume, Paris, Flammarion-Champs Essais, 1996 & L’ethnicisation de la France, Paris, Editions Lignes, 2011.

2 Vincent Latour, " Converging at last? France, Britain and their minorities ", in Tariq Modood & Gino Raymond, The Construction of National Identities, London / New York, Palgrave-Macmillan, Novembrer 2007

3 Vincent Latour, " The Sarkozy Years: Attempting to Define a New Paradigm for Diversity Governance in France ", in The Sarkozy Presidency: Breaking the Mould?, edited by Gino Raymond, London  / New York: Palgrave, 2013.
2. An introduction to the British Constitution
Contenu

NC

3. Cours d'ouverture anglais (3)
Contenu

NC

4. Estudios de caso en política, cultura y sociedad en España
Contenu

NC



Conférence de méthode LVA 18H- 2 ECTS LVB 18H - 1 ECTS
ACTIVITÉS FACULTATIVES
Voir tableau des activités facultatives

Semestre 10 STAGE PROFESSIONNEL 9 ECTS Évaluation du stagiaire 4 ECTS Rapport de stage 5 ECTS
GRANDS ORAUX 11 ECTS Grand oral du Diplôme 6 ECTS Grand oral de langue vivante (LVA ou LVB) 4 ECTS Préparation à l'entretien professionnel 1 ECTS
RÉDACTION D'UN MÉMOIRE 10 ECTS

Responsables

Coordonnateur·trice :

Julien Weisbein
Christel Cournil

Responsables Scolarité



Gestionnaires :

Ariane BERTAUD
05 61 11 02 63

Amélie PRUVOST
05 61 11 02 86

scolarite4@sciencespo-toulouse.fr

Rédigé par SEBASTIEN ROY

Mise à jour le 27 juillet 2022


Renseignements pratiques :

Sciences Po Toulouse
2 ter rue des puits creusés
CS 88526
31685 Toulouse cedex 6

Tél. : 05 61 11 02 60
Fax : 05 61 22 94 80
Courriel
Sur Internet
 

Sciences Po Toulouse
21 allée de Brienne
CS 88 526
31685 Toulouse CEDEX 6

Tél. : +33 (0)5 61 11 02 60
Fax : +33 (0)5 61 22 94 80

© 2016 - Sciences Po Toulouse


Webmestre | Mentions légales | EasyRepro