William N’Gbala, étudiant et écrivain


du 11 juin 2019 au 15 juillet 2019

Le 29 mai dernier, William N’Gbala, étudiant en deuxième année à Sciences Po Toulouse, a reçu le premier prix du concours littéraire Capitoul. Son roman, Jusqu’au jour, nous plonge dans la dernière nuit imaginée de Marcel Langer, résistant toulousain détenu dans la prison Saint Michel.

William N'Gbala et Lola le Duff

William N'Gbala et Lola le Duff

« Le prix Capitoul est né pour devenir le rendez-vous incontournable des jeunes plumes de notre région », peut-on lire sur le site web du concours littéraire imaginé par des étudiantes en droit de l’Université Toulouse 1 Capitole. Sans l’ombre d’un doute, William N’Gbala fait partie de ces jeunes auteur·e·s prometteu·r·se·s que le prix Capitoul, créé en 2018, cherche à mettre en lumière.

Toulouse la nuit, dans la peau de Marcel Langer

Pour sa première édition, le prix Capitoul a pour thème « Toulouse la nuit ». Très vite, William N’Gbala pense à la dernière nuit de Marcel Langer, avant son exécution au petit matin dans la prison Saint Michel le 23 juillet 1943. « Je ne sais pas trop comment ça m’est venu. Je crois que je venais de lire Le dernier jour d’un condamné de Victor Hugo et ça m’a inspiré. Et c’est venu très vite, j’ai tout de suite eu l’idée en tête », explique l’étudiant en deuxième année. « C’est lui qui s’imagine ce qu’il pourrait faire s’il pouvait sortir une dernière nuit dans les rues toulousaines », poursuit-il.

Un roman teinté du souvenir de son village lotois

« Mon village était une zone de passage des allemands pendant la guerre. Donc il y a beaucoup d’histoires ». L’originaire de Saint-Pantaléon dans le Lot, se souvient avoir étudié Marcel Langer dès l’école primaire : « c’était la figure de la Seconde Guerre Mondiale comme c’était le héros de la Résistance dans la région ». Le jeune écrivain a dédié son livre à ses grands-parents : « Ils ont vécu beaucoup de choses pendant la guerre […] ces gens-là nous ont fait cadeau de leurs vies ». 

Une passion grandissante pour l’écriture

Le jeune homme de 20 ans a écrit Jusqu’au jour en trois semaines. Fait remarquable pour celui qui est tombé dans l’écriture il y a deux ans à peine, à l’occasion d’un premier prix littéraire. « Comme j’ai gagné le prix Nougaro, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire de ce côté-là. Du coup, j’ai continué à écrire », explique l’étudiant, qui s’envolera pour un semestre universitaire en Israël à la rentrée 2019. Il poursuit : « c’est venu comme ça, un peu comme l’appétit vient en mangeant. Au départ, je n’étais pas prédestiné à écrire et à aimer ça ». Depuis, il multiplie les expériences d'écriture.

Retrouvez l’ouvrage de William N’Gbala, Jusqu’au jour, dans les rayons de la librairie Ombres blanches et de la librairie des lois à Toulouse ou sur le site du prix Capitoul. Félicitations également à Lola le Duff, deuxième prix du concours littéraire Capitoul. 

Photo d'illustration par F. Charmeux pour la Dépêche du midi.

Rédigé par CECILE MARCHAND

Mise à jour le 12 juin 2019


 

Sciences Po Toulouse
2 Ter Rue des Puits Creuses
CS 88 526 - 31685 Toulouse CEDEX 6

Tél. : +33 (0)5 61 11 02 60
Fax : +33 (0)5 61 22 94 80


Contactez nous par mail

Plan des locaux

© 2016 - Sciences Po Toulouse


Webmestre | Mentions légales | DocuRepro